Archives octobre 2009

Brioche_perdue_peches_mure_poivre noir_N.jpg

Être étudiant ce n'est pas toujours facile, (oui, oui... je sais que l'on se plaint souvent !) notre vie n'est pas réglée à la minute et un imprévu arrive rapidement. Du coup on ne sait jamais réellement quand on aura l'occasion de manger chez soi...

Et là, ça pose problème... Vous avez acheté une superbe et appétissante brioche samedi dernier et vous avez, comment dire, légèrement oublié de la finir !

Elle est maintenant toute sèche voir complément dure... Mais que faire ? Pensons à nos grand-mères... pour elles il serait hors de question de la jeter !! Et oui "jeter" c'est un réflexe trop présent dans la société de consommation actuelle...
Alors, une solution ? Appelez-moi la reine du « rien-ne-se-jette-tout-se-récupère » qui pense à une astuce... Ce serait vraiment dommage de jeter et de se priver de ce régal, non ?

Je souhaite donc partager une recette d'un de mes sites préférés : CuisineAZ. C'est une recette assez simple et peu coûteuse, car si vous cuisinez... vous avez déjà la plupart des ingrédients chez vous ! En ce qui concerne les pêches et les mûres, sachez que vous pouvez remplacer les pêches par des pommes ou des poires et acheter des mûres ou des framboises surgelées.

Ingrédients pour... une Brioche perdue aux pêches :

  • 60 g de beurre
  • 15 g de sucre en poudre
  • 2 œufs
  • 20 cl de lait
  • 50 g de sucre roux
  • 1 brioche
  • 2 pêches jaunes
  • 150 de mûres
  • 5 cl de sirop d'érable
Préparation :
  1. Tout d'abord la sauce sucrée et délicieuse ! Lavez les mûres puis écrasez-les grossièrement. Mettez-les dans une petite casserole, ajoutez le sucre en poudre et 1 verre d'eau froide. Laissez cuire à feu doux 10 min environ, puis filtrez le jus à l'aide d'une passoire et faites-le réduire de moitié.
  2. Fouettez les œufs, le lait et 20 g de sucre roux dans un petit saladier.
  3. Coupez 4 tranches de brioche d'une épaisseur de 4 cm, en retirant les croûtes puis trempez-les dans le saladier pour bien les imbiber.
  4. Épluchez les pêches, coupez-les en deux, retirez les noyaux puis coupez chaque oreillon (moitié d'abricot en jargon professionnel) en deux pour obtenir 8 quartiers.
  5. Faites revenir les fruits dans une poêle anti-adhésive avec 20 g de beurre et le sirop d'érable. Quand ils commencent à caraméliser, retirez-les du feu et réservez (garder pour une utilisation ultérieure).
  6. Déposez les tranches de brioche dans une seconde poêle avec 40 g de beurre et faites-les colorer de tous les côtés. Ajoutez 30 g de sucre roux et laissez légèrement caraméliser.
Au moment de servir, versez le jus de mûres dans quatre assiettes creuses, déposez une tranche de brioche et les quartiers de pêches. Vous sentez cette odeur... Mmm... Servez aussitôt, c'est conseillé !
 
C'est délicieux et vous n'avez pas fait de gâchis ! Cette recette est pour quatre personnes si vous avez, comme moi, la capacité de manger une double ration ou si vous avez plusieurs colocataires...!
 
Bon certes il y a un peu de vaisselle... mais un conseil faites la dans la foulée, vous en serez débarrassés !
 
 
Melanie.klein.jpg
 
 
Article rédigé par Mélanie Cronel, étudiante à l'ISEG Bordeaux

 

citrouille.lanterne.JPG
 

Elles sont fortement colorées, elles développent les formes les plus diverses, sont recouvertes d'une peau lisse ou granulée, vous ne manquerez sûrement pas de les apercevoir ces prochains jours sur tous les étals des marchés : Les citrouilles.

Charles Perrault la transformait en carrosse pour Cendrillon et les américains, à l'occasion de la fête d'Halloween, transforment la citrouille en lanterne, mais vous êtes-vous déjà demandé pourquoi ?
C'est intéressant de voir qu'une fois qu'un aliment s'est vu attribuer un statut symbolique élevé, son rôle sur le plan purement nutritionnel peut devenir secondaire. C'est un peu le cas finalement de la citrouille, qui pourtant a été l'un des aliments de base des Indiens d'Amérique et des premiers colons venus d'Europe. Il a été évidemment un végétal important dans les fêtes de l’époque.  Mais son rôle, avec le temps, a pris un caractère presque uniquement symbolique et décoratif, à tort d'ailleurs, parce que c'est un aliment extrêmement important et intéressant.

L’origine de la citrouille creusée avec une bougie à l’intérieur vient d’un conte irlandais : “Jack-O’-Lantern” raconte l’histoire de Jack, un homme particulièrement avare et porté sur la bouteille, qui aurait un soir rencontré le Diable dans un pub irlandais. Jack s’étant moqué de lui, le Diable lui aurait jeté un sort : le jour de sa mort, il ne pourrait pas aller en Enfer… et comme il ne rejoindrait pas non plus le Paradis, à cause de son avarice et ses autres péchés, il serait condamné à errer entre deux mondes jusqu’au Jugement Dernier. A sa mort, Jack, plongé dans l’obscurité, parvient à se déplacer à l’aide d’un charbon ardent disposé à l’intérieur d’un navet évidé, en guise de lanterne… Cette lanterne improvisée fut par la suite remplacée par la citrouille car elle est plus grosse, et que sa chair est plus facile à creuser. De là, une coutume est apparue, elle consiste tout simplement à ce que les personnes apportent avec eux une lumière au cas où ils sortiraient un 31 octobre afin d'éloigner les esprits.

Alors vous savez ce qui vous reste à faire : achetez une citrouille (prix entre 10 et 15 euros) , prenez un couteau et faites de ce savoureux légume un visage à glacer le sang.

Potage au potiron avec les restes de votre déco :
Faites cuire pendant 15 minutes la chair de potiron dans un 1/3 de litre d'eau, accompagné de deux tomates, d'une pomme de terre, d'un bouquet de persil, d'un demi bouillon cube de poule et d'un peu de sel. Mixez ou écrasez, rajoutez de l'eau si nécessaire ainsi que de la noix de muscade. Poivrez et servez avec des croutons à l'ail. Délicieux à vous donner la chair de poule ;-)

News réalisée par Romain REMY  - Etudiant en 2e année - ISEG Bordeaux
 

LogoDoc-etudiant-fr.png

Doc-étudiant est un site d'entraide étudiante gratuit qui vous propose :

  • De partager et de télécharger des documents classé par matières (Arts, Méthodologie, Histoire, Mathématiques...),
  • De poser vos questions et répondre aux autres en fonction de la formation concernée,
  • Et pour finir de suivre l'actualité des étudiants via le Blog de Doc-étudiant.

Melanie.klein.jpgNous tenions à les remercier, car intéressé par les Studyvores, le site a décidé de nous soutenir dans notre démarche grâce à un article au sein de leur blog.

 

casse croute.png

Après une dure journée de cours, difficile de résister à cette envie de se mettre un aliment sous la dent en rentrant chez nous. D’autant plus que notre "goûter" est souvent saboté  par le temps et se réduit fréquemment à une barre chocolatée et/ou un soda.

J'opte de cet fait pour un casse-croûte qui m’aide à tenir jusqu’au repas du soir : ni trop lourd ni trop léger, juste ce qu’il me faut. Néanmoins pour certaines personnes mon casse-croûte pourrait constituer un repas pour le soir (n'est ce pas les filles ?...) 
 
Je vous propose donc ma petite recette de casse-croûte au jambon…
Pour 1 personne : 
  • 2 tranches de pain de mie
  • 2 cuillères à soupe d’huile d’olive (très bon pour la santé)
  • 200 gr de champignons de Paris (cuits ou pré-cuits)
  • 25 gr de beurre
  • Des herbes de Provence (à votre convenance)
  • 2 tranches très fines de jambon de Parme ou de jambon blanc (valable également avec du blanc de dinde)
  • Sel
  • Poivre noir du moulin 
Préparation
  • Découper les tranches de jambon de Parme en fines lamelles. 
  • Dans une grande poêle, faites fondre le beurre et ajoutez les champignons.
  • Saisir à feu moyen pendant 4 à 5 mn, afin que les champignons perdent leur humidité.
  • Ajouter ensuite les herbes de Provence. Saler et poivrer. Bien mélanger, et laisser mijoter 5 mn.
  • Rajoutez l’huile d’olive et faites chauffer à feu vif. 
  • Faites griller les tranches de pain 2 à 3 mn de chaque côté (à l’aide d’un grille pain ou dans une poêle légèrement huilée ou dans un four-pour ceux qui en ont un)
  • Répartir ensuite sur chaque toast les champignons et le jambon de Parme.
Voilà votre casse-croûte est prêt à être dégusté. Pour ceux qui aiment le fromage (gruyère, parmesan ou autres) n’hésitez pas à en rajouter, il fondra avec la chaleur des toasts, du jambon, des champignons… Humm !
 
Budget : environ 7 euros.
 
Eitel.Klein.jpgNB : Je vous conseille de faire attention... l’abus de sel et de matières grasses est risqué pour votre santé !
 
Article réalisée par Eitel Mouelle, étudiant à l'ISEG Bordeaux.

IMG_2642.JPG

Pour la plupart d'entre vous, le « Chili con carne » est une recette d’origine Mexicaine. Toutefois, contrairement à la croyance populaire, ce n’est pas un plat mexicain mais un plat typique du Sud des Etats-Unis; une pure tradition Tex-Mex. Eh oui !  Et même si je raffole de cuisine étrangère, mon côté français refait souvent surface : j’ajoute toujours un petit verre de Bordeaux à la fin de la cuisson, ce qui rend la sauce vraiment incomparable... !

Comme promis, je vous dévoile ma recette (pas très secrète) du Chili con carne. Certes, il faut consacrer un peu de temps à sa préparation mais le résultat vaut tellement le coup... (surtout quand on a déjà goûté le chili en conserve... Beurk !). De plus, réalisable en grandes quantités, il est idéal pour épater ses amis ou tout simplement ses parents qui s’incrustent dans notre petit studio étudiant...
 
Pour 4 personnes ayant un bon coup de fourchette :
  • 1 poivron rouge ou vert évidé et coupé en petits morceaux
  • 1 bouillon cube entier
  • 1 bel oignon 
  • 3 petites gousses d’ails hachées
  • 3 steaks hachés
  • 1 boîte de 400g d’haricots rouges
  • 1 boîte de 400g de tomates concassées
  • 1 petite boîte de concentrée de tomates (environ 190g)
  • Du piment en poudre
  • Un verre de vin rouge
  • Huile d’olive

Tout d’abord, émincer l’ail, le poivron et l’oignon (pour éviter de pleurer avec l’oignon, remplissez votre bouche d’eau sans avaler durant toute l’opération : infaillible !). Faire ensuite revenir ail/oignon/poivron à feu doux dans un filet d’huile d’olive à l’aide d’une grande poêle. Une fois cette préparation cuite, ajouter la viande préalablement hachée et la laisser dorer. Y ajouter ensuite les épices (à votre convenance), les tomates, la sauce et le bouillon cube avec un peu d’eau. Couvrir et laisser mijoter et 10 à 15 minutes plus tard, ajouter les haricots rouges. Enfin, verser le petit verre de vin rouge dans la préparation et mélanger. Et maintenant, il faut gouter la sauce... selon vos goûts, ajoutez un peu de sel ou d’épices.

Pour ma part, je sers toujours ce plat avec du riz blanc. Evitez d’avoir la main trop lourde sur les épices car certains n’apprécient pas vraiment d'avoir la gorge en feu ! ;-) Et puis s’il vous en reste, ne vous en faites pas, c’est encore meilleur réchauffé !!! 
 
Isabelle.klein.jpgArticle rédigée par Isabelle Penas, étudiante à l'ISEG Bordeaux.

Photo Studyvores recadrée.jpg

Toc, toc toc ! Bon, allez, je me lance. Je montre enfin le bout de mon nez ! Je m’incruste parmis les ISEGiens !

Une petite tarte au citron meringuée ? Quelques choux à la crème ? Un petit fraisier ? Vous l’avez compris, ma passion à moi, ce sont les dessert, le monde du sucré et du calorique (eh oui, désolé les filles…), la Pâtisserie !! Mais pas seulement…
Je m’appelle Rémi, élève en deuxième année à l’ENSCBP, option Biologie Alimentation, et fraîchement arrivé à Bordeaux en partant de sa Bourgogne profonde : Dijon, la ville de la moutarde ! (et oui j’en suis fier !)
 
J’ai toujours été passionné par tout ce qui se mange, et ce depuis mon plus jeune âge. Au début, quand mon père m’apprenait à faire à manger, je me suis découvert une passion… je voulais devenir cuisinier ! Ouvrir mon restaurant, mitonner des petits plats… un rêve de gosse.
Un gamin tellement naïf, caché derrière ses casseroles avec son sens de l’improvisation… 3 ans de bac hôtelier et 1 an de spécialisation en pâtisserie plus tard,  je change de voie, ou pas totalement en fait, en passant de l’autre côté, dans l’envers du décor, dans l’industrie alimentaire… Une tout autre vision des choses !! Passer de la gastronomie à l'industrie alimentaire, un choc culturel !  Au fond, ces deux univers, que tout semble opposer, ont un but commun : nourrir, car c’est essentiel. 
Seule une différence subsiste : celle du plaisir. Le plaisir de bien manger, le plaisir de découvrir de nouvelles saveurs, de nouvelles "flaveurs", celui de ne pas se cantonner aux goûts formatés que nous offrent les industries... mais qui sait, je me  dis  « Vas plus loin, découvres, explores… »
Explorer, continuer à découvrir, c’est ce dont j’ai toujours rêvé, c’est le but que j’ai toujours voulu atteindre. Je reste énormément attaché à ma passion pour la cuisine et la pâtisserie, pour les bonnes choses, pour les bons produits, et surtout à mon envie de les partager !
Même si je me destine à cette industrie tant décriée, j’ai envie de dire : vive la bonne cuisine, vive le bon goût, le bon dressage, les bonnes saveurs, celles qui nous font rêver, nous font voyager. Et aujourd’hui, cet amour pour les bonnes choses, j’ai envie de le partager au travers de ce blog ! 
Alors un seul mot d’ordre : à vos casseroles, et que vive le bon goût, le vrai, l’authentique ! 
 
Présentation réalisée par Rémi Mathey, étudiant à l'ENSCBP.

 

Dernière importation - 2.jpg

Le soleil, les cigales et beaucoup de gourmandise, voila les maîtres mots de mon imagination culinaire.

J'ai grandi dans la région parfumée de la Provence avec sa Camargue et ses Garrigues. Et grâce à ma muse, ma mère, j'ai pu découvrir la cuisine et tout le plaisir qu'il peut y avoir à faire de bons petits plats.

En effet depuis toute petite, j'ai observé ma mère s'activer dans tous les sens dans la cuisine, pour nous présenter à table des repas aussi inattendus que délicieux. Aujourd'hui, c'est a mon tour de passer derrière les fourneaux et de surprendre mes "consommateurs".

Je suis actuellement à l'ISEG Bordeaux en 3ème année, programme EXECUTIVE, et heureuse de pouvoir devenir une "Studyvore". J'ai hâte de pouvoir partager mon expérience et d'assouvir ma soif d'apprendre de nouvelle recettes.

 

J'aime cuisiner des recettes traditionnelles autant que de préparer des repas à thèmes (asiatique, espagnol ou mexicain), mais j'ai un gros faible pour les desserts en tous genres. Je vous montrerai comment préparer une forêt noire en 30 minutes chrono, ou bien une pizza au chocolat irrésistible...

 

Alors, à vos ustensiles, et soyez prêts à vous régaler !

 

Présentation réalisée par Marion Plessiez, étudiante à l'ISEG Bordeaux.

 

 

Hugo-Charpeine.jpgDur dur de manger des légumes ? Il est vrai que les légumes n’inspirent pas tout le monde...

Eh pourtant, il est très simple de les incorporer dans votre cuisine quotidienne, et pour cela, je vais vous proposer des idées et des astuces qui conviendront même à ceux qui n’ont pas l’habitude de cuisiner.

Des pâtes, oui mais sans ketchup !
 
 

Snapshot_20091017_2.jpg

Pour cette première recette vous aurez besoin de : 
  • 1 barquette de tomates cerise.
  • 1 courgette
  •  tagliatelles fraîches
  • un peu d’ail
  • assaisonner avec « Secret d’arômes plein sud » Knorr (optionnel)
Compter pour ce plat pour 2 personnes 3.89€; si vous n’avez pas d’épices il faudra rajouter 2.50€.
Si vous voulez réduire le budget vous pouvez prendre des tagliatelles classiques !
Première étape, couper les tomates cerises en deux et les laisser cuire dans une casserole à feu très doux en ajoutant au préalable un soupçon d’huile d’olive.
 
Pendant ce temps retirez la peau de la courgette et coupez-la en petits cubes.
Au bout de dix minutes de cuisson vous pouvez rajouter la courgette, assaisonner avec les épices, et laisser cuire le tout dix minutes de plus.
C’est juste le temps qu’il vous faut pour faire bouillir une casserole d’eau et faire cuire vos pâtes; si celles-ci sont fraîches cela ne vous prendra que 3 à 4 minutes.
 
Vous sentez cette douce odeur ! Alors vous préférez toujours le ketchup ?
 

Sans titre.png

Article rédigé par Hugo Charpeine, étudiant à l'ISEG Bordeaux.

Ah la la, la vie d’étudiante comment se résume-t-elle ? Beaucoup de personnes qui l’ont vécue nous disent « Profite, profite, tu verras quand tu seras dans la vie professionnelle ! » Que nenni ! 

Ah ça c’est sûr que l’on en profite. Nous, la 1ère chose à laquelle on pense, ce sont les soirées entre étudiants bien évidemment. Toutes soirées confondues : entre potes qui jouent à PES ou entre copines qui se retrouvent devant de bons petits plats et à se raconter les derniers potins.  
Mais que serait la vie d’étudiant sans les cours. Ces longs et fastidieux cours ponctués de pauses qui vous laissent à peine une heure pour déjeuner. 
 
Une heure, c’est très peu et c’est souvent la panique à la cafétéria. Tout le monde se précipite pour avoir son sandwich et dommage pour ceux qui n’ont pas réservé !
Donc, les plus malins sont ceux qui amènent leur « lunch » comme on dit de l’autre côté de l’Atlantique.  
Vous allez me dire qu’en tant qu’étudiant, faire son repas le soir c’est déjà pas marrant alors pour le midi et puis quoi encore  !

Je vous répondrai qu’au bout d’un moment sandwich, panini et autres pains garnis ça va 5 minutes surtout pour l’équilibre alimentaire. 
Ce que je vous propose c’est une recette pratique et facile à faire. Bien sûr il faut prendre un peu de temps mais la cuisine c’est du temps et de la patience !
Soyez-malin préparez vos plats la veille. De plus, si vous vous préparez un repas le soir, faites-en un peu plus, ainsi  ce sera prêt pour le lendemain.
 
Un conseil : si vous possédez un freezer dans votre minuscule frigo, achetez des herbes surgelées (persil, basilic, ail…). Elles se conservent et s’utilisent facilement au gré de vos envies.
 
Alors à vos fourneaux et bon appétit !!!!
 

pattes.png

Capellini aux fines herbes et aux champignons pour 1 personne.
 
Ingrédients :
  • 88g de Capellini
  • 1 boite de champignons de Paris émincés ou frais (si vous pouvez)
  • 3 cuillères de crème fraîche
  • 10g de basilic
  • 10g de persil
  • 10g d’ail (pour ceux qui aiment)
  • Huile d’olive, sel, poivre et parmigiano (pour les amateurs)
Préparation :
1. Faites bouillir de l’eau avec un peu d’huile (pour éviter que les pâtes accrochent). 
Plongez les pâtes dès que l’eau bout et laissez les cuire 3 min. Egouttez-les et passez -les sous un peu d’eau chaude pour éviter qu’elles ne collent entre elles. Réservez.
 
2. Dans une poêle chaude avec un fond d’huile d’olives faites revenir les champignons jusqu’à ce qu’ils soient bien dorés. Rajoutez l’ail et la crème fraiche. Mélangez.
Rajoutez les pâtes, le persil, le basilic, le sel et le poivre. Faites revenir le tout. 
 
3. Disposez dans votre Tupperware pour le midi. N’oubliez pas le parmesan et régalez-vous !
 

Studyvore - 42.jpg

 
Articles rédigé par Camille Guérin, étudiante à l'ISEG Bordeaux.

 

raisin300and100.jpg

Un verre de vin seul, à table, entre amis ou ailleurs ...  Oui mais ne pas oublier que derrière cet alcool, se cache un fruit croquant et juteux!!

Grâce à la forte consommation de vin, le raisin est le deuxième fruit le plus cultivé au monde et l'un des plus vieux que l'on connaisse. Il a longtemps été utilisé à des fins vinicoles, comme le montrent la mythologie gréco-romaine avec le culte de Dionysos ou de Bacchus et la religion chrétienne. 
 
En effet, beaucoup de personnes consomment du raisin car il est à la base de nombreux alcools tels que le vin mais aussi l’armagnac, le cognac, le porto et le champagne. Peu d’individus le consomment frais, en fruit de table ou à tout moment de la journée pour un regain d'énergie rafraîchissant. Pourtant les étals de nos marchés proposent des raisins dès le début août.
 
De plus, ses belles rondeurs permettent de confectionner des desserts : tartes, crumbles ou clafoutis ; pelé ou non, le raisin se mêle aux salades de fruits mais aussi aux salades vertes et poser en grappe sur votre plateau de fromages, ils forment une parfaite alliance. 
 
Anouk.klein.jpgEn boisson, cuit, sec ou frais, rouge, vert, bleu ou noir, c’est un fruit éclatant de saveur !
 
Article rédigé par Anouk Colomes, étudiante à l'ISEG Bordeaux.

Vous préférez acheter les plats individuels sous vide pas très appétissants parce que ça vous évite d’avoir des restes et de manger pendant 5 jours le même plat ?... Stop, malheureux ! Vous êtes en train de vous ruiner !! Je viens à votre rescousse ! Petite astuce : être organisé, prévoir et faire une liste. 

Tout d’abord, faites une liste des ingrédients qui sont dans votre frigo et qui doivent être mangé rapidement. Ensuite, direction Google : vous cherchez des recettes avec les ingrédients de la liste (750g, Marmiton, Cuisine AZ, Cuisine TV…). Vous copiez-coller sur Word les recettes qui vous plaisent le plus. Et là, vous préparez votre petite liste de tout ce qui vous manque pour faire votre popotte de la semaine, en prenant soin de diviser par 2 si c’est une recette pour 4. Il vous suffira de congeler la part en trop ou d’inviter une copine, un copain, le voisin….. Et hop !... top départ pour la GMS du coin, votre liste en main ! De cette manière, vous éviterez d’acheter les produits à l’unité, ce qui coûte largement plus cher !
 
Pour vous montrer que ça marche, je vous donne un exemple avec ma liste, et les recettes que j’avais choisies ! 
 
Dans mon frigo : un filet de 3 avocats, 2 tomates (ou des courgettes rondes), 3 petites salades romaines, du tzatziki, un morceau d’Ossau Iraty.
 
Mes courses : un petit pot d’épices à Guacamole (1 euro au rayon frais chez Auchan ! et il y a aussi Tandoori, Couscous, Tajine…), du yaourt grec (par 2 ou 4 mais ça vous resservira : vous l’utiliserez à la place de la crème !), du jus de citron vert (la petite bouteille verte flashy au rayon saumon fumé…), un petit sachet de noix, quelques olives vertes nature, des barquettes de canard fumé (au rayon lardons, dés de volaille, ça vaut pas grand-chose et ça vous changera du jambon !) ou des aiguillettes de canard (vous congèlerez le reste).
 
A prévoir : de l’huile d’olive, du piment d’Espelette, de la sauce soja (qui servira pour toutes mes recettes), du pain de mie ou quelques tranches de pain.
 
Je vous conseille tout d’abord de vous rendre au marché si vous avez le temps ! Vous paierez les avocats, les tomates, les noix, les olives et les petites salades moins chers qu’à Auchan ! Sinon vous les achèterez là-bas ! Tâtez les avocats avant de les acheter au hasard, essayer de trouver un lot qui en comprend au moins un de mou pour la première recette !
 
Tartare cosmopolite du Basque qui part à Mexico
 
 

tartare.png

Pour 1 personne, il vous faudra 1 avocat, 1 tomate, environ 50g d'Ossau Iraty, une cuillère d’épices à Guacamole, du piment d'Espelette, du sel, un yaourt grec, du jus de citron vert (celui dans les petites bouteilles flashy au rayon poisson sous vide), de l'huile d'olive (environ 4 cuillères à soupe) et 2 grosses cuillères de sauce soja. 
 
Commencez par les tomates : passez-les sous l'eau, coupez-les en deux, épépinez et essuyez bien avec du papier absorbant pour retirer tout liquide à l'intérieur. Coupez ensuite les tomates en petits dés, placez les dans un saladier. Tranchez ensuite l'Ossau Iraty en petits cubes, et le mélanger aux dés de tomates. Ajoutez-y ensuite l'huile d'olive, le yaourt grec, la sauce soja et les épices. Terminez ensuite par l'avocat : coupez-le en 2, et tranchez la chaire en petits cubes en l'arrosant de citron vert. Ensuite, mélangez doucement pour ne pas écraser l'avocat et placez au frigo jusqu'au moment de servir. Et s'il vous reste du temps, préparez-vous une petite salade toujours méxico-basque avec des pousses d'épinard, du maïs, des poivrons, et du piment d'espellette. 
Les épices sont vraiment à accommoder aux goûts de chacun! Pareil pour les huiles et sauces! Moi j'aime ce qui est épicé!
Bon appétit!
 
Fresh tomates farcies ou petit entretien gréco-basque
 
 

tomates.png

 
Pour 1 summer addicted : 1 tomates, un petit pot de Tzatziki, 50g d'Ossau Iraty, quelques cerneaux de noix, une poignée d'olives vertes dénoyautées, du piment d'Espelette, du sel, de l'huile d’olive.
Rien de plus rapide et plus simple ! Mélanger le tzatziki avec l'Ossau en petits dés, les olives en petits morceaux, les noix concassées, l'huile, les épices et le sel. Mettre tout ça au frigo. Préparer les tomates (ne pas les mettre au frigo sinon elles perdent leur saveur!). Les couper en 2, les évider et essuyer l'intérieur avec du papier absorbant. Disposer dedans la préparation réservée et servir avec une salade verte. 
 
Tartines avocat et canard 
 
 
tart.png
Pour vous, il vous faudra : 1 tranche de pain de mie américain complet, de l'huile d'olive, du sel, du piment d'Espelette, un avocat, du jus de citron vert, une cuillère à soupe d'épices à guacamole, une poignée de cerneaux de noix, 2 cuillères à soupe de sauce soja, une belle cuisse de canard confit (ou à défaut des aiguillettes de canard dorées à l'huile d'olive), les restes d’Ossau Iraty ou du gruyère râpé, et de quoi faire une petite salade.
 
Cette recette peut se réaliser au four ou au micro-ondes. Couper chaque tranche de pain de mie en triangle, badigeonner de l'huile d'olive, sel, piment d'Espelette. Disposer sur la plaque du four recouverte d'aluminium. Couper l'avocat en deux, prélever la chair et l'écraser dans un bol avec du jus de citron vert, les épices, la sauce soja et les cerneaux de noix concassés. Etaler cette préparation sur le pain de mie. Effilocher la cuisse de canard confite ou couper en petits morceaux des aiguillettes de canard. Disposer les morceaux sur l'avocat, poivrez, verser quelques gouttes d'huile d'olive et saupoudrer de cantal râpé. Enfourner pour 10 min à 180°C. Si vous utilisez seulement le micro-ondes, faites dorer les tranches de pain huilé à la poêle ou au grille-pain
 
Maintenant, il vous restera sûrement du canard, du tzatziki, du yaourt grec, de la sauce soja… Faites-vous cuire une belle poignée de pâtes ou de riz, faites cuire le canard à l’huile d’olive dans une poêle, coupez-le en morceaux et remettez-le dans la poêle. Attention si vous choisissez des aiguillettes, elles cuisent maximum 5 minutes ! Ensuite, vous égouttez les pâtes, vous les versez dans la poêle avec du yaourt grec, de la sauce soja, un peu d’huile d’olive et si vous n’avez plus de tzatziki, quelques épices du style poivre, sel, herbes de Provence, curry… et voila, vous avez une petite poêlée de pâte !
 
… Alors, prêts à adopter la méthode « organisation » ?
 

Mon budget :

  • Le pot d'épices à guacamole : 1€
  • 4 yaourts Grec : 1,20€
  • La bouteille de jus de citron vert : 1,50€
  • Le sachet de noix (au détail, au marché) : 1,80€
  • Les olives vertes au détail, au marché : 2.00€
  • Les barquettes de canard à Auchan : 2,50€ (aiguillettes au même prix environ)
  • Le lot de 3 avocats à 1€ à auchan
  • Les 2 tomates : 0,80€
  • Le lot de 3 salades romaines : 1,50€ sur le marché
  • Le petit pot de tzatziki : 1,15€
  • Le morceau d'ossau iraty (le plus cher ! ) : 2,95€ 

Ce qui fait un total de 17,40€ pour 5 jours en comptant les restes (à rajouter si nécessaire l'huile d'olive qui coûte environ 4€, la sauce soja 2,50€, le piment c'est 1, 80€ et le pain 0,45€ la baguette ! 

 

Ophelie.klein.jpg
 
 

 

 
 
Article rédigé par Ophélie Yvon, étudiante à l'ISEG Bordeaux. 

CIMG5303.JPG

Jeune étudiant de 25 ans, passionné de musique, de cinéma, de sport, Eitel arrive en France en 2002 en provenance directe du Cameroun, son pays natal. Contraint de vivre désormais seul et donc de se nourrir, il se voit dans l’obligation de se faire à manger !! Dur pour un jeunot à qui on a toujours fait à manger. Par la force des choses et par souci de préserver un équilibre alimentaire, il sent naître en lui une toute nouvelle passion : la cuisine.
 
Accueilli à Bordeaux par son parrain, pur bordelais, passionné de  gastronomie, celui-ci devient son sauveur, son mentor, son magister culinaire. Dès lors, le petit Eitel s’intéresse aux mets du terroir et également à ceux de son pays d’origine. Il n’est plus question de s’arrêter là . En effet, il se tourne également vers l'Asie qu’il affectionne et découvre qu’on peut apprendre énormément sur la culture d’un pays non seulement à travers ses us et coutumes, mais également à travers sa gastronomie.

Voici maintenant le petit Eitel "étudiant" et comme tout étudiant qui se respecte, il affectionne les pâtes et en abuse. Un jour l’idée lui vint de créer des recettes originales avec des pâtes : il laisse donc libre cours à son imagination et élabore des plats de pâtes originaux, alliant divers ingrédients et s’amusant avec les saveurs… Il rédige au jour le jour son livre de recette « Mille et une pâte » qui est soigneusement gardé et toujours en proie à de nouvelles recettes et pourquoi pas de publication sur le blog…
Comme il dit toujours « la cuisine est une question de survie, de patience et d’amour, faites à manger pas la guerre ». 
 
Présentation réalisée par Eitel, étudiant à l'ISEG Bordeaux.
 

 Jeremy.moreau.Studyvores.jpg
Qu’est ce que le Sud-Ouest pour vous? 

La plage, le surf, les belles surfeuses (ou les beaux surfers…), le rugby… Mais pour moi, le Sud-Ouest, c’est avant tout :
  • les Landes et le canard dans tous ces états (du foie gras en passant par le magret,et les gésier jusqu’à la saucisse de canard …)
  • la Dordogne et son alose
  • les Pyrénées Atlantiques et ses jambons et fromages
  • la Haute-Garonne et son cassoulet...
Mais j’allais oublier ma campagne : la Gironde avec ses vins, ses cannelés, ses poissons du Bassin d’Arcachon... Bon la, je pense que vous m’imaginez comme une personne... comme on dit au rugby... ’’basé sur les vrais valeurs’’... qui sont la convivialitée, le sport, les sorties et surtout la gastronomie du terroir !! Et vous avez raison...
Et je sais aussi que vous vous doutez que je m’appelle Jérémy, que je viens de la campagne et que je rentre en 3éme année du programme Executive à l’ISEG Bordeaux ?
Encore juste ! Vous êtes trop forts…
Et je suppose que vous êtes persuadé que la cuisine et moi ne font qu’un, que la poêle est ma meilleure amie et que le fouet ne quitte jamais ma main ?
Et là vous avez tout  faux…
 
En revanche, j’adore essayer de cuisiner et je serai là pour tenter les différentes recettes que l’on me proposera, je vous ferai connaître les bons petits restos de Bordeaux mais aussi les moins bons  !
Vous vouliez un cobaye pour les Studyvores, me voilà…
 
Présentation réalisée par Jérémy Moreau, Etudiant à l'ISEG Bordeaux.

Bonjour à vous, et plus particulièrement aux amateurs de télévision !

En effet, étant amateur de sport, il y a en ce moment la Ligue des Champions (grossièrement, 22 hommes qui courent après un seul et même ballon rond pendant 1h30…no comment !) et donc il m’est impossible de quitter mon écran de telesivion pendant 2h...
 
Donc, pour cela, certains génies ont créé... LE PLATEAU TELE !
Celui-ci se présente souvent de manière assez rudimentaire : pizzas, chips, bières pour les messieurs & salade, eau gazeuse pour les dames.
 
Le problème survient quand les messieurs et les dames décident de prendre un plateau télé ensemble !
En effet, pour ces dames « Le plateau télé des hommes, c’est  trop gras, on prend du poids ! » et pour ces messieurs c’est l’inverse «  Plateau télé des dames, il faut pas avoir faim… ».
 
Pour allier le gros appétit des hommes à la ligne des femmes sans à avoir à quitter la télé des yeux, je prépare différentes sortes de bricks :
  • bricks au bœuf
  • bricks au chèvre 
  • bricks façon ’’Tartiflette’’

_3454.jpg

Cela est parfait car vous pouvez les préparer avant votre match, film ou séries et les manger durant ces derniers. En effet, les bricks sont aussi bon chauds, tièdes et mêmes froids !
De plus, chaque personne peut manger le nombre de bricks qu’il veut à la vitesse qu’il veut…
Je vous conseille de les manger comme les nems : même sauce et avec de la salade verte... Un vrai délice. 
Ces messieurs seront rassasiés, ces dames heureuses au regard de leur ligne et tout le monde est content !
 
Pour ce qui est du programme télé de la soirée, cela n'est pas de mon ressort… débrouillez-vous !
 
Bricks au bœuf :
 
Ingrédients :
  • 8 feuilles de brick 
  • 300 g de viande hachée 
  • 1 oignon 
  • 2 poivrons 
  • 1 oeuf 
  • 1/2 c. à café de piment fort 
  • Huile d'olive 
  • Sel, poivre
Préparation :
1. Préchauffez le four th.6 (180°C).
2. Faites revenir l'oignon avec l'huile d'olive, puis ajoutez la viande et les poivrons émincés en fins morceaux.
3. Salez, poivrez et ajoutez le piment.
4. Laissez mijoter jusqu'à ce que les poivrons soient bien tendres.
5. Ajoutez l'oeuf hors du feu et remuez aussitôt pour cuire l'oeuf et lier le tout.
6. Déposez un peu de garniture sur une feuille de brick et pliez-la pour obtenir un triangle.
7. Attention, une fois humide, la feuille risque de se percer. Pliez-la de façon à avoir plusieurs couches de bricks.
8. Enfournez 10 min jusqu'à ce que les bricks soient dorés
 
Bricks au chèvre :
 
Ingrédients :
  • 2 crottins Chavignol (ou petit fromage de chèvre)
  • 4 feuilles de Brick 
  • Herbes: basilic ou estragon
  • 1 cuillère à soupe de beurre fondu      
Préparation:
1. Préchauffer le four
2. Couper chaque fromage en deux dans le sens de l’épaisseur
3. Poser un demi crottin au centre d’une feuille de brick
4. Parsemer les herbes finement coupées
5. Fermer la feuille de Brick comme un petit paquet 
6. Beurrer le dessus avec un pinceau trempé dans du beurre fondu
7. Recommencer avec les 3 autres feuilles de brick 
8. Mettre sur une plaque à pâtisserie 
9. Cuire au four 10 mn à 200° 
 
Bricks façon « Tartiflette »
 
Ingrédients :
  • 1 reblochon,
  • 4 feuilles de brick, 
  • 1 oignon, 
  • 2 pommes de terre, 
  • 2 tranches de jambon cru, 
  • 10 cl de crème fraiche épaisse,
  • huile, 
  • sel et poivre.
Préparation: 
1.Faire cuire les pommes de terre 10 min à l’autocuiseur, pendant ce temps faire revenir l’oignon émincé à la poêle.
2.Peler les pommes de terre, les disposer au centre des 4 feuilles de brick, avec une moitié de pomme de terre, de l’oignon, une demi tranche de jambon cru, un peu de crème fraiche épaisse et une tranche épaisse de reblochon.
3.Saler et poivrer puis refermer les feuilles de brick.
4.Les badigeonner d’huile et les mettre au four pendant 25 minutes à 180°.
 
Jeremy.klein.jpgMerci et Bon appétit !
 
Article rédigé par Jérémy Moreau, étudiant à l'ISEG Bordeaux

 

DSC00053.JPG

Têtes brûlées de bananes au Rhum.

Aujourd'hui, temps pluvieux, pas envie de mettre le nez dehors. L'été parait déjà bien lointain et une petite touche de soleil entre les gouttes d'eau ne serait pas de trop : me vient alors l'idée de préparer des bananes flambées. Au rhum bien sûr ! 2 minutes de préparation, 3 minutes de cuisson, un soupçon de pyromanie, résultat délicieux garanti... 

Pour 1 personne :

  • 1 belle banane (ou 2 selon l'appétit)
  • 10 g de beurre
  • Deux pincées de sucre vanillé ou cassonade 
  • 4cl de rhum agricole
  • Une cuillerée à soupe de sirop d'érable
  • Des allumettes et une grande poêle

Tout d'abord, coupez les bananes en deux dans le sens de la longueur. Les sucrer légèrement. Mettez la poêle sur le feu et attendez quelle soit chaude pour mettre le beurre à fondre. Une fois le beurre fondu, posez les bananes côté plat dans la poêle et faites cuire pendant une à deux minutes. Arrosez ensuite les bananes de rhum (non, non, pas toute la bouteille !).

C'est ici que tout se joue : à l'aide d'une allumette, faites flamber les bananes sur le feu et attendez que la combustion se finisse d'elle-même. Soyez vigilants lorsque vous approchez l'allumette du rhum car la poêle s'enflamme d'un coup, ça peut surprendre la première fois... !

Disposez ensuite les bananes dans une assiette et versez le sirop d'érable dessus. Selon vos goûts, vous pouvez le remplacer par du chocolat  fondu, du caramel, de la vanille et pour les plus "morfales" de la chantilly... ! 

Isabelle.klein.jpgFondantes, chaudes et sucrées, ces bananes devraient ravir tous les gourmands !

Article rédigé par Isabelle Penas, étudiante à l'ISEG Bordeaux.

 

cartonrouge.jpg

 Exclusion immédiate…

… à tous ceux qui ont la flemme de se faire à manger et qui préférent se forcer avec de la nourriture inconsommable.  Oui, je mets un carton rouge à tous les jeunes qui adorent ingurgiter les boîtes de raviolis et les plats préparés. 
Cela devient même drôle  de voir mes amis s’obliger à avaler ces horreurs.
Enfin… je ne veux pas non plus en rajouter ! Je peux avouer qu’il doit exister certains produits « tout fait » presque mangeables mais ne jouons pas sur les mots. 
 
Après quelques discussions avec mes camarades de classe, un grand nombre d’entre eux m’ont bien entendu accablé, puisqu’ils sont eux même adeptes de ses bêtises si rapides. Mais j’ai réussi à avoir le dernier mot (YES !!!) en abordant la question du budget !
 
Et oui …. ! Je suis dépitée devant le prix de ses plats préparés ! Pour 3 €, nous pouvons avoir une portion de pätes carbonara qui ont le goût de… bah justement, pas de pâtes carbonara.  Alors que pour ce prix, chacun peut les faire soi-même pour trois fois plus de personnes et pour une saveur TOTALEMENT différente.
 
J’ai un témoin à l’appui ! En effet, j’ai admirablement réussi à lui faire avouer que rien n’était difficile dans cette recette et que le goût était bien meilleur ! Il a admis perdre de l’argent dans cet achat qu’il pensait si pratique ! Déjà une victoire pour les Studyvores ! Youpi !
 
Je vous invite donc à venir déguster de la vraie cuisine chez les Studyvores si vous mettez ma parole en doute. N’oublions pas la saveur, mais celle qui rime avec petit budget !
Lorsque vous mangerez votre prochain plat "tout fait", pensez à moi !
Bon appétit de la part de votre Studyvorette !
 
 

pate carbo.jpg

Ma recette des pâtes carbonara :
 
 
Pour 2 personnes, les ingrédients :
  • 250 g de spaghetti ou de tagliatelles
  • 125 g de lardons fumés
  • 1 jaunes d'œuf
  • 2 petits oignons 
  • 15 cl de crème liquide ou par défaut, crème fraîche
  • Râpé
  • Beurre
  • Jus de citron    

Préparation :

  1. Faites cuire vos pâtes dans une casserole d'eau bouillante et salée.
  2. Pendant ce temps, épluchez vos oignons et coupez-les en lamelles. Faites-les revenir à la poêle avec vos lardons (inutile de rajouter de la matière grasse, les lardons en apportent assez comme ça). Une fois que vos lardons et vos oignons sont dorés, ajoutez-y la crème liquide et laissez chauffer à feu doux. Personnellement, je rajoute quelques gouttes de citron jaune qui enlève le goût assez salé des lardons. 
  3. Vos pâtes doivent normalement être cuites. Égouttez-les puis ajouter du beurre. Mélangez le tout dans un saladier.
  4. Pour la présentation : Laissez l’œuf dans sa demi-coquille et posez-le sur les pâtes.
  5. Saupoudrez le tout de râpé et servez. 
  6. Pour l’effet plus, ajoutez quelques herbes en décoration en fonction de ce que vous avez dans votre cuisine. 
  7. Anouk.klein.jpgA table, une fois le plat présenté à vos hôtes, mélangez évidement sans attendre le jaune d'œuf au plat de pâtes.
 
Article rédigé par Anouk Colomes, étudiante à l'ISEG Bordeaux.


A l’occasion de la Semaine du Goût qui se déroule dans toute la France du 10 au 18 octobre 2009, un groupe d’étudiants lance le projet « Studyvores », une Food Academy d’un nouveau genre.

De nombreuses études le montrent : le problème de l’alimentation touche plus particulièrement la cible étudiante. Qu’il s’agisse de mauvaises habitudes alimentaires ou de manque de ressources financières, ces différents facteurs entraînant clairement des problèmes de santé à court ou à long terme.

Les Studyvores, la Food Academy des étudiants !

Ainsi, l’opération « Studyvores » consiste à suivre un panel composé d’étudiants de l’ISEG Bordeaux, l’école de commerce bordelaise d’IONIS Education Group, située au centre ville loin des restaurants universitaires et d’étudiants de l’école partenaire l’ENSCBP (Ecole Nationale Supérieure de Chimie, de Biologie et de Physique) qui forme, entre autres, de futurs ingénieurs en Biologie Alimentation. Cette dernière école (ancienne ISTAB), réputée pour la qualité de sa formation et l'ingéniosité de ses projets de recherche en science des aliments, est située à Talence sur le campus universitaire. Des étudiants issus des deux écoles donneront régulièrement un feed-back de leur consommation alimentaire, sur ce blog.

Sans-titre-2.jpg

A l’affiche de cet évènement, nous trouvons Ophélie Yvon, une passionnée de stylisme et de cuisine qui anime déjà un blog sur cette thématique et Anouk Colomes, fière de ses « gènes culinaires » et de cette passion qui se transmet de mère en fille.  Vous découvrirez aussi Isabelle Penas, la spécialise de la grande cuisine dans un espace réduit et Camille Guérin, la landaise férue d’improvisation. Sans oublier Mélanie Cronel, adepte des restaurants bordelais et Jeremy Moreau, le seul garçon de la troupe à pratiquer l’art de cuisiner ! De son côté, Rémy Matthey, en 2e année en Biologie Alimentation, apportera son expertise à cette fine équipe qui est persuadée que petit budget et nourriture saine ne sont absolument pas antinomiques.

Ce blog permettra aux étudiants qui participent à la démarche de faire un point sur leur budget alimentaire hebdomadaire en échangeant leurs points de vue, des recettes et des astuces pour bien se nourrir sans dépenser trop. Par ailleurs, on y intégrera les points de vue ou les conseils de « Guest Stars » partenaires, grands chefs, blogueurs, journalistes, médecins, nutritionnistes,  entreprises…etc.
Ce projet se déroulera sur une année universitaire : d’octobre 2009 à mai 2010 (renouvelable les années suivantes), un grand merci à nos partenaires :

-    Studyrama, le groupe de presse incontournable dans l’orientation du lycéen et le partenaire de la vie étudiante ;

-    Interfel, l'Interprofession des Fruits et Légumes Frais ;

-    Vittavi, la mutuelle étudiante préoccupée de la santé et de la bonne alimentation des étudiants ;

-    AAprA, Association Aquitaine de Promotion Agroalimentaire qui fournira les produits des filières de l’Aquitaine.
 

Sans titre1.png

Ohayô !

Vous rêvez déjà de votre prochain trip à Tokyo ? Vous êtes fan de Kawaï ou de manga ? Vous adorez les sushis ? Alors cet article est pour vous… décollage immédiat ! Voici quelques recettes simples qui vous emmèneront à Tokyo le temps d’un plateau télé…
 
Le poisson cru
 
Il est un aliment clé du régime japonais. Supprimer la cuisson permet de conserver toutes les protéines et les vitamines du poisson ! Mais il faut que le poisson soit très frais sinon … bonjour la crise de foie et indigestion ! Achetez le poisson le jour même ou la veille de la préparation !
 
 

Sans titre2.png

Tartare de thon, tomate et avocat
 
Pour 6 personnes : une botte de ciboulette, 2 oignons, 6 pavés de thon rouge, un avocat, 3 cuillères à soupe de jus de citron vert, 2 petites tomates, ½ concombre, 6 cuillères à soupe de vinaigre balsamique, 5 cuillères à soupe d’huile d’olive, sel et poivre.
 
Laver et ciseler la ciboulette. Eplucher et couper finement  les oignons. Couper le thon en petits dés, éplucher l’avocat et le couper en petits morceaux que vous arroserez de jus de citron pour ne pas qu’ils noircissent. Laver les tomates, les épépiner et les couper en petits morceaux. Laver un demi concombre et le couper en cubes. Dans un saladier, mélanger tous les ingrédients, saler, poivrer, placer au frigo jusqu’au moment de servir. 
 

Sans titre3.png

Yakitoris de poulet aux cacahuètes
 
Les Yakitoris, petites brochettes de viandes caramélisées, sont aussi très appréciées des japonais. Une recette rapide, facile, et tous les aliments qu’il vous faudra acheter pour la réaliser pourront vous servir pour d’autres recettes !
 
Préparation : 25 min Marinade : 30 min Cuisson : 6 min
Pour 4 personnes : 250g de blancs de poulet, ½ citron, 1 oignon, ½ gousses d’ail, 1 cuillère à soupe de miel, 2 cuillères à soupe de beurre de cacahuète, 40g de cacahuètes, 3 cuillères à soupe d’huile, ½ cuillère à café de gingembre moulu (rayon épices), ½ cuillère à café de coriandre moulue (rayon épices), 2 cuillères à soupe de sauce soja, sel, poivre.
Découper le poulet en lanières, et le placer dans un plat avec l’ail et l’oignon hachés. Saupoudrer de gingembre, de coriandre, saler et poivrer. Verser la sauce soja, le miel, une cuillère d’huile, et le jus de citron. Mélanger, couvrir d’un film, placer 30 min au frigo. Hacher les cacahuètes, plonger 12 piques en bois 5 min dans de l’eau. Monter les lanières de poulet sur les piques égouttées. Etaler le beurre de cacahuète sur une assiette, les cacahuètes sur une autre. Rouler le poulet dans le beurre de cacahuète, puis dans les cacahuètes. Faire cuire les yakitoris 3 min de chaque côté dans une poêle bien chaude avec le reste d’huile. 
 
Le thé vert est un autre élément incontournable de la cuisine japonaise. Et  ses vertus thérapeutiques sont nombreuses ! Vous le trouverez au rayon Asie de votre supermarché, ou dans une petite épicerie du monde, sous forme de poudre.  
 

Sans titre4.png

Financiers au thé vert matcha
 
Pour 4 à 6 personnes : 140g de beurre, 50g d’amandes en poudre, 150g de sucre en poudre, 4 blancs d’œufs, 50g de farine, 2,5 cc de thé vert matcha, des cerises au sirop ou confites.
 
Préchauffer le four à 180°C, th6. Faire fondre le beurre dans une casserole et le laisser cuire jusqu’à ce qu’il prenne une jolie couleur noisette. Le filtrer et le laisser tiédir. Mélanger au fouet les amandes, le sucre et les blancs d’œufs, jusqu’à obtenir une pâte homogène. Tamiser ensemble la farine et le thé vert et ajouter le tout à la préparation précédente à l’aide d’un fouet. Incorporer le beurre toujours en fouettant doucement. Beurrez des moules à financiers ou un moule à manqué, ou même un moule à cake si vous n’avez pas de moules individuels. Remplir les moules de la pâte, au 2/3 de la hauteur, enfoncer les cerises égouttées dedans. Enfourner 15 min, démouler et déguster tièdes ou froids. Vous pouvez remplacer les framboises par des pépites de chocolat ou des abricots au sirop égouttés…. Selon vos goûts !
 
 
Bien sûr, il manque les fameux sushis, makis, sashimis et compagnie. A vrai dire, un certain coup de main vous sera nécessaire pour les réaliser ! Si vous tenez vraiment à faire vos sushis et makis vous-même, alors je vous conseille de faire comme moi : guettez l’agenda des cours de l’Atelier des chefs, ils proposent un cours spécial sushis et makis qui coûte 35 euros. Vous repartirez avec l’art du sushis, et une barquette bien remplie qui vous comblera pendant au moins deux repas si vous êtes deux à les partager !
 
Vous pouvez aussi arpenter les rayons de la fnac qui regorgent de livres de cuisine japonaise, dans lesquels sont expliqués en images la réalisation des recettes. Et pour les budgets serrés : rendez-vous sur Cuisine Japonaise, où vous trouverez sur ce site des recettes, les aliments clés, les ustensiles,… enfin, tout ce qu’il vous faut savoir pour être un pro de la japanese food !
 

Sans titre5.png

Et pour les web addicted, vous trouverez tout ce qu’il vous faut pour réaliser vos sushis sur Sushi Boutique. Le kit complet est à 30 euros et vous aurez pour ce prix du vinaigre de riz, de la sauce soja, des feuilles d’algues, du gingembre confit, du riz, des baguettes et du wasabi ! J’ai personnellement fait la comparaison, et cela vous coûtera plus cher si vous achetez tout ça en grande surface !
 
Personnellement, mon préféré reste Satsuki. Vous trouverez tout ce que vous cherchez sur cette e-épicerie japonaise, et même des recettes !
 Ophelie.klein.jpg
Sayônara !
 
Article rédigé par Ophélie Yvon, étudiante à l'ISEG Bordeaux.
 

Qu'est ce qu'on mange ce soir ? 

L'éternelle question sans réponse que l'on ressasse encore et encore... et surtout le dimanche soir !

Mettons nous en condition... le film du dimanche soir commence dans 20 minutes, nous avons trop mangé à midi chez "ma Môman", nous n'avons plus grand chose à manger dans le placard et l'épicerie la plus proche n'ouvre jamais le dimanche soir...

Mais que faire ?

Nous appellerons ce plat "Tartine du soir... Bonsoir !"

Miniature de l'image pour IMG_0291.jpg

Il me reste donc une miche de pain entamée, trois tomates, quelques tranches de jambons, du gruyère et du parmesan, du beurre et du sel et du poivre.

C'est parti pour des jolies tartines, dans l'ordre que vous voulez, réalisez de jolies tartines comme sur la photo... accompagné le tout d'une bonne salade et le tour est joué !

Lorsque votre inventaire est un peu plus riche, n'hésitez pas à rajouter du camembert (pour les amateurs de fromage), de l'ail et de l'huile de l'olive (pour les amateurs du sud), du bacon (pour les américains), ou encore des petites crevettes (pour les fous de fruits de mer)...

C'est simple, rapide, original et surtout chacun peu décider de sa garniture !

Au four jusqu'à ce que ce soit dorée... et bon appétit ! Et surtout je n'ai pas loupé le début du film !! 

IMG_0290.jpg

Melanie.klein.jpgArticle rédigé par Mélanie Cronel, étudiante à l'ISEG Bordeaux.

 

Snapshot_20091012_7.jpg

Calvados, cidre, tarte aux pommes, camembert, crème, Pont l’Evêque... eh oui vous l’avez deviné ,je viens de Normandie !

Bah oui, y a pas que des vaches et de la pluie en Normandie mais de belles plages, des casinos, des festivals et plein de produits sympas (et même une équipe de foot, mais bon je crois que c’est pas la grande forme en ce moment).
 
Bon venons en au sujet !
Ce que j’aime dans la cuisine ? Créer, innover et goûter un maximum de choses.
Et pour ça croyez moi, je suis prêt à retourner votre cuisine.
Pour cuisiner, il faut que ça bouge et si c’est le bazar - peu importe - cela nous rendra d'autant plus créatifs.
Ce que je préfère ? Humm...difficile de se réduire à quelques plats.
J’ai un sérieux penchant pour la cuisine japonaise, que j’ai pu apprendre aux côtés d’une personne de ce pays, il faut juste enlever le côté parfois trop zen, rajouter un peu de saké et ça me va.
Il faut que je vous avoue quand même que ce portrait est assez idyllique, en fait je suis comme vous, je n’ai pas beaucoup de temps et en semaine ma cuisine se transforme souvent en « jambon, choco, fromage » (avouez je ne suis pas le seul !).
Vous et moi, on va donc changer ces mauvaises habitudes !
Prêt à manger des fruits et légumes en semaine ? 
Prêt à épater votre ou vos copines le weekend ?
C’est parti !!! 
 
Portrait rédigé par Hugo Charpeine, étudiant à l'ISEG Bordeaux.
 

Isa.jpg

Eh oui ! Encore une fille ! Moi c’est Isabelle, 19 ans, étudiante à l'ISEG Bordeaux en 2ème année Programme Finance et cuisinière à mes heures perdues !

Toute petite déjà, j’aidais ma mère à confectionner desserts et gâteaux en tout genre puis, il y a environ deux ans, j’ai commencé à m’intéresser à la cuisine française et espagnole. Je me suis ainsi découvert une passion pour les plats épicés et suis devenue une adepte du Chili con carne bien relevé ! Depuis l’an dernier, je vis seule dans mon studio à Bordeaux et je me suis vite rendue compte que cuisiner pour soi n’est pas évident. En effet, les doses doivent être sérieusement réduites à moins de ne vouloir manger le même plat toute la semaine ! De plus, l’envie de cuisiner n’est pas toujours présente à cause de la fatigue et du manque de temps... les plats tout prêts et les snacks deviennent vite tentants ! Cependant, cela revient très cher et le goût et le plaisir de manger ne sont pas les mêmes... mitonner est alors devenu pour moi un vrai plaisir et surtout un moment de détente. Par manque de matériel et d’espace, je prépare souvent des repas simples mais ça ne m’empêche pas de me régaler !! 

Présentation rédigée par Isabelle Penas, étudiante à l'ISEG Bordeaux.

 

IMG_0323.jpg

Bienvenido a la casa de Camile!

Tel un cordon bleu qui aime faire partager ses fins mets à ses amis, je sais préparer de bons plats du terroir, des  repas de tous horizons, comme les plats les plus simples mais à chaque fois, en mettant mon petit grain de sel… 
 
Je dirais juste que je ne suis pas du genre à donner de la confiture aux cochons et j’apprécie la compagnie de bons vivants qui ont un joli coup de fourchette. Quand je reçois, malgré le pain sur la planche, je mets les petits plats dans les grands, et agrémente mes soirées par des thèmes qui permettent de mettre du beurre dans les épinards. Même pour celles qui sont spontanées, l’occasion ne manque pas de lever son verre !  
 
Ma nationalité française est un prétexte à tous les écarts, foie gras, magret, vin rouge… un mélange landais et bordelais qui a forgé tout mon caractère mais plus particulièrement mes papilles. Un amour du goût qui me pousse  toujours à innover dans mes recettes et qui incite mes hôtes à ne faire qu’une bouchée de mes plats. Mais qu'en serait-il sans mes influences espagnoles qui donnent toujours ce côté « Olé » à mes plats ? 
Si on devait m’attribuer un des sept péchés capitaux, ce serait la gourmandise… Et convertir tout mon entourage à cet écart serait la cerise sur le gâteau. Loin de vouloir cracher dans la soupe je suis de celles qui aiment découvrir, se faire surprendre et partager des moments de convivialité afin de toujours avoir la frite !!
 
Présentation réalisée par Camille Guérin, étudiante à l'ISEG Bordeaux.

 

IMG_0302.JPG

Une base d’excentricité, une pincée de fou rire, mélangez le tout délicatement avec beaucoup de motivation puis nappez avec de la bonne humeur… et vous obtiendrez un résultat détonnant nommé Mélanie !

Actuellement étudiante en 4ème année Programme EXECUTIVE à l’ISEG Bordeaux, je partage une passion récente pour la cuisine conviviale et innovante avec mes amies.
Originaire de l’est, et plus particulièrement de Lorraine, j’aime à la fois la nourriture grasse et traditionnelle, mais aussi la cuisine innovante, fraiche et légère !
 
Je suis tout d’abord fan de restaurants, du petit resto du coin pas cher, au grand restaurant gastronomique de Bordeaux, je les ai pratiquement tous essayés ! Quel plaisir de manger des repas délicieux et surprenants ! J’ai même décidé de convier le restaurant chez moi en partageant ma vie avec un professionnel de la restauration   !
 
Après de nombreux tests de restaurants, j’ai eu envie de me lancer dans la cuisine car pourquoi pas, moi aussi je peux le faire !… Le résultat n’a pas été immédiat et ma cuisine a échappé au feu de nombreuses fois… mais c’est cela apprendre !
 
Je suis plutôt fière du résultat maintenant mais j’ai encore beaucoup à apprendre… et pourquoi pas continuer d’apprendre avec vous !
 
Parler de cuisine et imaginer de bons petits plats… j’en ai l’eau à la bouche alors on se retrouve dans ma cuisine au milieu de centaines d’ustensiles tous aussi farfelus les uns que les autres et je vous dis à toute à l’heure !
 
Présentation rédigée par Mélanie Cronel, étudiante à l'ISEG Bordeaux.

HPIM4701.JPG

La cuisine, une histoire de gènes…

Il était une fois une petite fille qui s’appelait Anouk et qui regardait chaque soir sa mère cuisiner. Evelyne, la maman travaillait dans un restaurant et préparait tous les jours de bons plats qui caressaient les papilles de sa fille. Quant Anouk fut assez grande, elle demanda à sa mère de lui apprendre à cuisiner de bons gâteaux mais l’apprentissage fut difficile. Evelyne resta très professionnelle et eut beaucoup de mal à laisser son enfant faire elle-même la pâtisserie. Cette histoire dura encore des années et Anouk ne réessaya jamais de cuisiner en la présence de sa mère trop étouffante pour elle. 

A ses 18 ans, Anouk aménagea dans son propre appartement et décida de tester quelques recettes trouvées au hasard sur Internet. Elle prit goût à la bonne cuisine et abandonna très vite les plats tout préparés achetés au supermarché.  Elle se créa son propre classeur avec ses recettes préférées et innova chaque semaine avec un nouveau gâteau ou une nouvelle pâtisserie, car très friande de sucré. Beignet au Nutella, milkshake, îles flottantes, choux à la crème… Son conjoint vivant avec elle ne se faisait pas plaindre d’avoir tous les soirs, de petits plats préparés avec bonheur. 

Evelyne était fière de voir sa fille prendre plaisir à cuisiner et essayer mille et une recettes sans aucune aide. Elle trouva touchant qu’Anouk fit le même chemin qu’elle, apprenant seule la cuisine et participant à Studyvores pour montrer à tous qu’un étudiant peut prendre le temps de se régaler grâce à sa propre cuisine. 

Avoir une grand-mère et une mère cuisinière qui trop professionnelles dans l’âme sont incapables d’apprendre à cuisiner à leur enfant porte à croire que cette jeune fille ne prendra jamais le temps d’apprendre par elle-même. Et pourtant, en écoutant mon histoire, faut-il croire que l’envie et le plaisir de cuisiner est dans les gènes ? 

Présentation rédigée par Anouk Colomes, étudiante à l'ISEG Bordeaux.

DSCN5519.JPG

Allez, dites-moi… qu’est-ce qui vous ferait plaisir, là, maintenant, tout de suite ? …Un gâteau au chocolat ? Des beignets de crevettes ? Ou bien un cheese-cake comme ceux de Manhattan ? …So tell me… Obsédée des casseroles et passionnée de création, je suis à la disposition de vos papilles, fins gourmets ou tout simplement gourmands ! Vous hésitez ?

Il faut dire qu’on n’a pas eu le plaisir de se présenter. Prenez une fille… petite, menue, fan de mode avec des sacs pleins les bras…ça y est, ça commence à prendre forme … Ajoutez-lui un éclair caramel fleur de sel de chez Fauchon, just so delicious, et qui ne restera pas longtemps entre ses doigts… saupoudrer le tout de quelques envies d’aventure, Los Angeles ou Tokyo ? Je ne sais pas encore… Vous y êtes ? Et bien me voila !
 
Buongiorno a tutti, je suis Ophélie, nouvelle venue en 3e année Programme EXECUTIVE à l’ISEG Bordeaux. Attirée par toutes les richesses gastronomiques et culturelles de l’Aquitaine, j’ai dit « Bye Bye » à la Bourgogne. 
 
Favorite Hobby ? Officier entre casseroles et ingrédients divers. Mes passions pour les voyages et la mode m’offrent une inspiration sans fin ! 
A dream ? Prendre la place de Cyril Lignac, en me lançant dans ma propre aventure !
Un objectif ? Être la créatrice d’une future tablette Nestlé… 
Ma grande passion ? Partager et découvrir. Ma force ? Ma joie de vivre et mon entêtement !
…Vous me pardonner si je deviens l’ennemi de votre régime ? … et en échange je vous fais oublier le mot « routine » !
 
Hope you’ll like it!
 
Portrait rédigée par Ophélie Yvon, étudiante à l'ISEG Bordeaux.
 
 

Nos Partenaires

> Retrouvez tous nos partenaires

L'équipe

Maxime DUBOS
Maxime
DUBOS
Mathilde COULON
Mathilde
COULON
Dimitri MAZURIER
Dimitri
MAZURIER
Jérémie ROBERRINI
Jérémie
ROBERRINI
Luca ABADIE
Luca
ABADIE
Guénaëlle de BEAUREGARD
Guénaëlle
de BEAUREGARD
Ophélie Yvon
Ophélie
YVON
Victor VERRIERE
Victor
VERRIÈRE

Et pendant ce temps…

Studyvores sur Facebook
Rejoignez-nous !

Rejoignez-nous sur Facebook

Retrouvez l'actualité
Studyvores sur Twitter

Retrouvez-nous sur Twitter