Archives janvier 2010

Ahhhh, découvrir de nouveaux horizons culinaires….quoi de mieux ?!! La semaine dernière je parcourais notre très riche blog afin de trouver l’inspiration pour mon nouvel article ! C’est alors que je me suis rendu compte que mon dernier article proposait une recette du Cameroun. J’ai donc décidé de rester sur le continent chaud et de m’envoler pour le Maroc….

escaloppe.jpg

Voici donc un plat facile à faire, qui m’a été proposé par Sherazade…lol

  • 4 escalopes
  • 1 pot de crème fraîche
  • 250 gr de champignons
  • Sel, poivre, épices à poulet
  • Persil haché

Recette :
Nettoyez les champignons et faîtes-les rissoler dans une poêle avec un peu de matière grasse.
Salez et poivrez. Puis ajoutez la ciboulette et le persil.
Ajoutez la crème fraîche et laissez mijoter.

Rissolez les escalopes de poulet dans un peu de matière grasse. Puis salez et poivrez.
Faites chauffer l'eau pour le riz dans une casserole avec un cube de bouillon de volaille
Servez le poulet dans des grandes assiettes. Nappez le riz de sauce aux champignons. Parsemez le tout de persil.

Exemple d'accompagnement : du riz

Pour l’accord mets et vin je n’ai pas eu de conseil… mais un bon petit Bordeaux devrait faire l’affaire…mais à consommer avec modération ! (Besoin d’aide pour le choix ?)

Bon ap’…. Bismi ‘lah !

Eitel.Klein.jpg

 
Article rédigé par Eitel Mouelle, étudiant à l'ISEG Bordeaux.

Ca y est, après les vacances, les examens et la reprise des cours, le premier mois de l’année est déjà presque fini ! Les jours commencent à rallonger et on se prend à penser à l’été qui arrive vite... Mais pas si vite, l’hiver est aussi synonyme de belles journées comme par exemple... Mardi Gras, journée officielle des crêpes !!!

Alors, pour fêter l’occasion dignement, j’ai pensé aux galettes de sarrasin ! Ces crêpes de blé noir (petit clin d’œil à mon collègue normand) sont idéales pour affronter l’hiver et déguster un repas complet et gourmand !

Le truc sympa avec les crêpes c’est qu’on est obligé d’en faire au minimum une dizaine à chaque fois, la bonne excuse donc pour inviter ses copains et pour passer une bonne soirée ! En plus, c’est pratique chacun choisit sa garniture et là, y en a pour tous les goûts ! Jambon, fromage, lardons, carottes, sauce tomates, poivrons, champignons, noix, oignons, œuf, saumon fumé, bacon, crème fraiche, courgettes, etc, etc... Avec un peu d’imagination, chacun peut préparer ses meilleures galettes... ou les pires !

crepes.JPG

Pour une dizaine de galettes :

  • 125g de farine de sarrasin
  • 125g de farine de froment
  • 1 œuf
  • 35 cl d’eau froide
  • 50g de beurre
  • 50g de beurre demi-sel pour la cuisson
  • Sel
  1. Faire fondre les 50g de beurre.
  2. Dans un saladier, mélanger les farines, le sel, l’œuf entier et le lait.
  3. Incorporer peu à peu l’eau froide et le beurre fondu en mélangeant bien pour éviter les grumeaux.
  4. Laisser reposer une heure avec un torchon couvrant le saladier.
  5. Graisser la poêle ou la crêpière. Astuce : pour ne pas abimer son matériel, le mieux est de couper une pomme de terre en deux, de piquer une fourchette dedans et sur le côté plat de la patate, déposer du beurre afin de graisser le fond de votre poêle sans la rayer.
  6. Une fois le beurre ou l’huile bien chaude, verser un peu de pâte en inclinant la poêle pour bien étaler la préparation sur toute la surface.
  7. Dès que les bords se détachent et que de petites bulles apparaissent à la surface, retourner la galette et la faire cuire pendant quelques instants. Pour les plus habiles, vous pouvez bien sûr la faire sauter mais attention à ne pas retapisser l’appartement !
  8. Attention : pour éviter d’avoir des galettes carbonisées, règler le feu à température moyenne. Le mieux est de servir les galettes au fur et à mesure afin qu’elles soient consommées bien chaudes.

crepe2.JPG

Ensuite, à vous de jouer et de choisir votre garniture en fonction de ce que vous préférez et surtout de ce que vous avez dans vos placards... Pour ma part, j’ai essayé la recette oignons, bacon, fromage de chèvre, œuf au plat, et comme j’adore les plats du sud j’y ai ajouté des dés de poivron rouge ! Et pour une ambiance un peu plus festive, accompagnez vos galettes d’un peu de cidre !

Isabelle.klein.jpg

 

 
Article rédigé par Isabelle PENAS, étudiante à l'ISEG Bordeaux.

pommescaramélisées.jpgLa recette que je vais partager aujourd’hui avec vous est une recette familiale, à un coût très abordable que vous pourrez par la suite agrémenter de compléments selon vos envies.

Les pommes au four sont un excellent moyen de manger un dessert équilibré donc adapté à toute la famille, et qui ne vous coûtera que quelques euros (moins de 5 euros).

Pour mener à bien ce dessert, il suffit de vous munir de 5 à 10 pommes, golden de préférence, pour faciliter la cuisson. Après les avoir bien lavées, il vous faudra ôter le trognon de la pomme sans la couper, puis  vous les piquerez avec une fourchette avant de les disposer dans un plat allant au four. Selon les goûts on ajoutera une légère pincée de cannelle au centre de la pomme.

Pour donner un goût de caramel, il est important de bien les saupoudrer de sucre et d’appliquer une cuillère de miel au cœur de la pomme, là où se trouvait le trognon.  Mettez votre plat au four à 220° pendant 45 minutes jusqu'à obtenir un dessert fondant et caramélisé.

Pour les plus gourmands vous pourrez servir ces pommes encore chaudes et accompagner ce dessert d’une boule de glace à la vanille ou de chantilly ou même de crème anglaise.

Bon appétit !! À bientôt.

Marion.klein.jpg
Article rédigé par Marion Plessiez, étudiante à l'ISEG Bordeaux.

chateaudecarmasac.jpg

Il existe une multitude de vins pour accompagner vos repas.
Et pour éviter que ce plaisir devienne un casse tête, je vous parle de mon coup de cœur du moment.
 
« Le château de Carmasac » est un vin rouge qui est issu de cépages reconnus à savoir Cabernet-Sauvignon et Merlot. 
 
Il fait partie des vins d’appellation Bordeaux Supérieur et il est élevé en fût de chêne. 
Si les détails techniques vous ennuient ou vous laissent de marbre passons au concret !
Voici trois bonnes raisons de choisir ce vin plutôt qu’un autre :
La première raison se trouve dans ses arômes. Une fois débouché un parfum léger, mais perceptible embaume la pièce. Ce qui est très agréable et donne tout de suite envie de le goûter, idéal pour engager vos amis dans une soirée arrosée, non je plaisante bien sûr ce vin est à déguster.
 
La deuxième bonne raison est son goût harmonieux. Bien sûr le goût est à l’appréciation de chacun mais celui-ci a la particularité de rester longtemps en bouche, c’est ainsi plus agréable de le savourer en même temps que votre repas.
 
On finit tous par être écœuré des bonnes choses (je vous laisse repenser à vos expériences en  ce qui concerne le chocolat ou tout simplement aux excès pendant les fêtes de fin d'année) et le problème du vin rouge c’est souvent ce goût acre qui s’imprègne dans la gorge et enlève parfois l’envie d’en reprendre. La troisième raison pour choisir un « château de Carmasac »  vous l’avez bien compris c’est sa sortie en bouche légère.
 
Vous trouverez ce vin dans les franchises comme chez Nicolas pour une somme inférieure à dix euros.
 
Il accompagne parfaitement le fromages et viandes rouges. Il doit être servi idéalement à 18 degrés, pour ceux qui connaissent la Normandie c’est à peu près la température de l’eau l’été ! 
 

Hugo-Charpeine.jpg

Article rédigé par Hugo Charpeine, étudiant à l'ISEG Bordeaux.

 

 

En exclusivité une étudiante de l'ISEG Bordeaux, Adélaïde Bennett, a interviewé le chef du restaurant Chez Canaille à Pau pour les Studyvores. A vos fourchettes !

 Adélaïde Bennett : Bonjour, Jean-Pascal Moncassin, vous êtes actuellement le chef du restaurant Chez Canaille à Pau, rendez-vous des gourmands avertis, pouvez vous nous en dire plus sur votre parcours jusqu'à aujourd'hui?

Jean Pascal Moncassin :  Un Bac Pro Alimentation Traîteur en poche, j’ai entrepris tout de suite à la sortie de l’école de me rendre à Paris afin de travailler chez l’un des traîteurs parisiens de renom, Fauchon. Superbe expérience, mais étant obligé de faire mon service militaire, je suis revenu à Pau pour faire mes 10 mois d’armée.
Par la suite, j’ai trouvé une place au Palais Beaumont à Pau pour l’ouverture du restaurant « Les Terrasses de Beaumont » et là ça a été le declic. J’ai rencontré un chef passionnant qui m’a donné envie de progresser et de continuer dans la cuisine. Il a fait même plus que ça, il m’a poussé vers mon premier restaurant étoilé Michelin : Michel Sarran à Toulouse.
Par la suite je n’ai plus décroché de la haute gastronomie et j’ai gravi petit à petit les échelons au fur et à mesure des restaurants que j’ai eu la chance de côtoyer : Le Crillon, le Grand Véfour, Prunier, l'Hôtel Astor à Paris, Chez Ruffet à Jurançon. 
Aujourd’hui, je peux me réaliser en tant que chef grâce à ce parcours et toutes ces rencontres multiples très importantes que j’ai pu faire.
A la fin de mon parcours «parisien» et avant de prendre la place de chef Chez Canaille, nous sommes partis ma compagne et moi faire un tour du monde pendant un an. C’était vraiment fantastique.
 
38875232.jpgAB : Ce tour du monde a-t-il encouragé votre passion et vous influence t-il aujourd'hui dans votre cuisine ?
 
 
Jean Pascal Moncassin : Oui forcément notre tour du monde nous a beaucoup apporté, au niveau humain, je crois qu’on relativise un peu plus maintenant (même si ce n’est pas toujours facile) ce qui nous arrive dans notre vie de tous les jours. En ce qui concerne la cuisine, je reste fidèle quand même à notre belle et riche cuisine française surtout pour une cuisine plutôt "Bistrot".
La cuisine, particulièrement en Asie est vraiment fascinante, avec beaucoup de saveurs, c’est une cuisine très fine, ils font très peu cuire les légumes par exemple, ils gardent donc tout leur croquant et leur saveur. En Thaïlande, c’est la cuisine de la rue, il y a une échoppe, un restaurant, un barbecue tous les 10 mètres, c’est une cuisine qui est très rapide, faite principalement au Wok. C’est vraiment très, très intéressant. 
Ce voyage c’est aussi la cuisine des épices en tous genres, c’est impressionnant. C’est vraiment super bon mais parfois attention ça peut vraiment mettre en feu les papilles !!
 
AB : Après des années passées dans des restaurants gastronomiques, pourquoi un retour vers une cuisine plus traditionnelle ?
 
Jean Pascal Moncassin : Je voulais revenir vers une cuisine plus simple, plus conviviale ou les bases sont simples : on démarre avec de très bons produits de grande qualité mais on les travaille plus simplement sans aller chercher le détail. Les produits de qualité sont là, le goût est là, les saveurs sont là, je vais à l’essentiel.
Je m’appuie fortement sur ce que j’ai appris tout le long de mon parcours gastronomique. La cuisine «Gastro» m’a permis d’apprendre la rigueur. Avec cette rigueur acquise vous pouvez tout faire. C’est très important.
Les trois maîtres-mots en cuisine sont : Rigueur, Rigueur, Rigueur.
Parfois je retourne un peu dans mes travers «Gastro» et je me fais plaisir car c’est en moi tout simplement.
 
AB : Vos envies, vos projets.. ?
 
Jean Pascal Moncassin : J’ai effectivement un projet qui me tient à coeur, c’est de pouvoir monter un jour mon propre restaurant, mais je prend mon temps, j’étudie, je réfléchis, au concept, aux tendances du moment ....
 
AB : Est-ce que l'on ne constate pas un retour des consommateurs/clients vers une cuisine plus traditionnelle ou à la recherche du "simplement bon"? 
 
Jean Pascal Moncassin : Je crois que le client cherche un lieu sympa, convivial. Si la cuisine l’est aussi, alors je crois que le client est rassuré et passe un très bon moment.
Convivial, chaleureux sont les deux mots qui qualifient le mieux Bistrot, c’est une ambiance, une atmosphère où l’on se sent bien. La cuisine Bistrot est une cuisine généreuse, simple (mais pas trop quand même, non mais !) qui reflète l’ambiance et la convivialité du restaurant. Imaginons un frigo d'étudiant (pour les ingrédients, je sèche et cherche) que pourriez vous en faire? 
 
AB : Peut-on parler d'une tendance "bistrot"?
 
Jean Pascal Moncassin : Je crois que ce n’est pas une tendance Bistrot, je reprends ce que j'ai dit plus tôt, les gens ont besoin de se sentir bien dans un restaurant, si le lieu est convivial, chaleureux et la cuisine qui est proposée tient la route, c’est gagné.
 
AB : Imaginons le frigo d'un étudiant...
 
Jean Pascal Moncassin : Alors le frigo étudiant, ou le panier :
  • 1/4 de litre crème liquide, 1 oignon, 1 escalope de dinde ou de poulet, une demie cuillère à café de curry, sel, poivre, 1 courgette.
  • Eplucher l’oignon, le tailler en lamelles assez fines et le faire fondre tout doucement sans coloration. Saler et poivrer l’escalope de dinde et la tailler en gros cubes. Faire dorer dans une poêle ces derniers. 
  • Quand l'oignon est bien fondant, ajouter les morceaux de dinde. 
  • Tailler la courgette en cube comme la dinde, et la mettre avec les oignons.
  • Ajouter le curry en poudre, pas trop de curry quand même, et mélanger.
  • Ajouter la crème liquide et laisser cuire gentiment jusqu’à ce que les courgettes soient cuites. 
  • Assaisonner de sel et poivre.
  • Déguster chaud.
  • Une bouteille de coca (du vin c’est mieux), des pâtes, du pain et le tour est joué.
Merci Chef !
 
Interview réalisée par Adélaïde Bennett, étudiante à l'ISEG Bordeaux.

 

chaponn.jpg

Et là, tu le sens… le foie gras poêlé, le vin blanc, le gratin dauphinois plein de crème, le vin rouge, le chapon farci, les cèpes, le champagne, les verrines de rillettes, la bûche aux chocolats, les fruits de mer, les feuilletés, la dinde, les toasts de saumon fumé… et j’en passe et des meilleurs…!

Et là tu le sens, parce que tu n’as pas hésité une seconde de te resservir plusieurs fois lors de ton (ou tes) Noël et autres repas de fête…

Et là… ton jean n’est plus ton ami et surtout… tu as des parpaings dans l’estomac !

 

thévert.jpg

Eh oui, c’est la suite logique des excès des fêtes !! Le retour de boomerang…

La solution ? Il n’y a pas de réelle solution, mise à part fde reiner les excès… et de prendre de bonnes résolutions pour 2010 !

Personnellement une cure de « detox » s’impose ! Tout est bon… le thé vert, la soupe, les smoothies, beaucoup d’eau… il est nécessaire de DEGONFLER !

SMOOTHIE COUET DE FOUET 2010 !

Recette simple, pleine de vitamines, minéraux, oligoéléments et fibres… tout ce dont votre corps à besoin.

Il faut savoir que cette recette est parfaite lorsqu’on attaque un régime, car elle apporte ce dont vous avez besoin, vous rassasie, et peut combler les manques que vous aurez à cause de votre régime.

Les ingrédients :

  • 1  concombre
  • 1  pomme
  • 2 kiwis
  • 50cl de lait fermenté
  • 4 feuilles de menthe

Comment faire ?

  1. Pelez le concombre, la pomme verte et le kiwi et coupez-les en morceau.
  2. Mettez les dans le mixeur en rajoutant les 50 cl de lait fermenté et les 4 feuilles de menthe. Salez et poivrez.
  3. Réservez au frigo.

Et j’en bois quand ?

Pour renforcer vos défenses immunitaires, une cure d’une semaine environ s’impose, le matin au petit déjeuner, prenez un grand verre. L’avantage c’est que vous l’aurez fait le jour d’avant et qu’il sera bien fait au frigo !

Sur ce… bon dégonflement… d'ailleurs je suis sur le point de m’envoler !

smoothie_juice.jpg

 
Melanie.klein.jpg
 
 
Article rédigé par Mélanie Cronel, étudiante à l'ISEG Bordeaux
La galette des rois c’est super bon, en tant que Normand je dirai même que c’est vachement bon ! On en trouve partout mais entre nous je vais vous dire un secret « pour savoir où est la fève, faite votre galette vous-même »...
 
galettedesrois.jpgPour cela rien de plus simple il vous faut :
  • 2 pâtes feuilletées (comptez entre 1 et 1.5€ avec des marques de distributeurs)
  • 125 g d’amandes en poudre (comptez 2€)
  • 125 g de sucre en poudre 
  • 125 g de beurre mou (1.20€)
  • 2 œufs entiers +1 jaune (1.20 la barquette, soit 60 centimes pour trois œufs)
  • 1 fève
Commencez par préchauffer votre four à 220 degrés. Pendant ce temps, mélangez dans un saladier le beurre et le sucre jusqu'à obtenir un mélange mousseux. Ajoutez ensuite la poudre d’amande, les œufs entiers et mélangez avec énergie, votre frangipane est prête. 
 
Déroulez la 1ère pâte sur la plaque du four (veillez à éviter les grilles, une plaque lisse est fortement recommandée).
Déposez la frangipane au centre et étalez là jusqu'à ce qu'elle soit à 2cm des bords.
Attention c’est le moment crucial il faut déposer la fève (si vous êtes malicieux(se) libre à vous de laisser un repère).
 
Recouvrez le tout avec la deuxième pâte en la posant à plat. Il suffit ensuite de retourner les bords en appuyant bien et de les piquer avec une fourchette.
 
Pour lui donner une belle couleur mélangez le jaune d’œuf avec un peu d’eau froide et badigeonnez la galette.
Vous pouvez au couteau dessiner des lignes ou réaliser le dessin de votre choix avant de l’enfourner 25 minutes à 220 degrés.
Bonne dégustation et à vous la reine !
 

Hugo-Charpeine.jpg

Article rédigé par Hugo Charpeine, étudiant à l'ISEG Bordeaux.

Difficile de retrouver une alimentation normale et équilibrée juste après les fêtes…

Je vous propose une recette non seulement légère, mais également du Cameroun ; effectuons donc ensemble ce petit voyage culinaire vers un pays chaud !!!

crevettecamerounaise.jpg

Ingrédients :
  • 500 gr de crevettes environ, 
  • 1 gros oignon rouge,
  • 4 gousses d'ail,
  • 1 bouquet de persil,
  • 4 c.à.s d'huile d'olive,
  • du sel et du poivre.
Préparation :
 
Décortiquer les crevettes en laissant les têtes attachées au corps (ne retirer que la carapace du corps). Ensuite il faut ouvrir le dos de chaque crevette pour retirer le nerf (noir), les saler et les poivrer avant de les mettre au frais. Surtout pensez à bien laver les crevettes !!!
 
Eplucher l'ail en le dégermant, puis le couper finement ainsi que les feuilles de persil et les oignons en fines lamelles. 
 
Dans une casserole, mettre à chauffer 4 cuillères à soupe d'huile ; y jeter les oignons, l'ail et les crevettes. (L’ail facilite la digestion et est bénéfique pour la circulation du sang).
 
Faire saisir à feu vif pendant 3 à 4 minutes. Le plat est prêt à être servi.
 
Mettre le tout dans un plat de service et parsemer de persil. Servir aussitôt, car froid la saveur s’estompe. 
Vous pouvez accompagner ce plat d'un vin blanc ou rosé à votre convenance. Cette recette camerounaise est délicieuse et très facile à préparer ; N’oublions pas que l’abus d’alcool est dangereux pour la santé.
 
Coût moyen : 8 euros. 

Eitel.Klein.jpg

 
 
 
Article rédigé par Eitel Mouelle, étudiant à l'ISEG Bordeaux.
 
 

 

« Tu fais quoi pour Noël ? Je prends 2 kilos ! » [Anna Gavalda]

Amusante citation n’est-ce pas ? Je suis sûre qu’elle en fera sourire plus d’un...  C’est vrai, les fêtes de fin d’année sont  passées par là et c’était l’occasion de passer du bon temps avec sa famille et ses amis. Mais entre le foie gras, le champagne, le confit et la bûche de Noël, notre estomac ne sait plus où donner de la tête et on a vite fait de prendre quelques kilos... !
 
Alors mettez vous désormais au saumon fumé pour commencer vos repas de fête... Savoureux et plus léger que le foie gras, il permet de réaliser des entrées simples mais festives. En verrines ou plus traditionnellement sur des blinis maison, il donnera un peu de fraîcheur et de tonus à votre menu pour pouvoir tenir jusqu’au bout de la nuit !
 
Bon, bien sûr, il faut avoir un peu de courage pour préparer les blinis, mais ils sont tellement plus moelleux quand ils sont faits maisons que ça vaut le coup d’y consacrer vingt bonnes minutes ! Et pour monter les verrines, la patience est de rigueur, mais vos invités seront épatés ! Après vous n’avez plus qu’à les convaincre de faire la vaisselle... car les petits verres pourront être réutilisés pour les shooter ! 
 

DSC00085.jpg

Pour une vingtaine de blinis :
  • 150 g de farine 
  • 2 œufs
  • 10 g de levure (s’il n’y en a pas déjà dans la farine)
  • 20 cl de lait
  • Sel 
  • Beurre
  1. Mélanger la farine et la levure dans un saladier.
  2. Faire un puits avec la farine puis déposer au milieu le sel et les jaunes d’œufs.
  3. Bien mélanger et y ajoutant petit à petit le lait. Attention aux grumeaux !
  4. Laisser reposer une demi-heure.
  5. Monter les blancs en neige et les incorporer délicatement à la préparation.
  6. Cuire chaque blinis dans une petite poêle beurrée en versant juste un peu de pate.
Maintenant, pour préparer l’entrée, il faut 6 tranches de saumon fumé, 2 avocats bien mûrs et de la sauce tzatziki (sauce de crème fraiche au concombre). Tout d’abord, couper les avocats en petits dés et le saumon en fines lamelles. Etaler ensuite un peu de sauce tzatziki sur les blinis tiédis. Y déposer les dés d’avocat puis recouvrir avec une lamelle de saumon. 
 
Plus élégantes et très à la mode, les verrines seront plus rapides à préparer. Il suffit de napper le fond de vos verres avec de la sauce tzatziki, d’ajouter les dés d’avocat et les lamelles de saumon et de terminer par une petite touche de sauce sur le poisson. L’ordre est en réalité peut important, il s’agit principalement de faire attention à l’esthétique et de faire preuve d’un peu d’imagination !
Bien évidemment, ce plat sera un peu coûteux à cause du saumon fumé mais il ne faut pas oublier de se faire plaisir car Noël et le Nouvel an n’ont lieu... qu’une fois par an !

Isabelle.klein.jpg

 

 
Article rédigé par Isabelle PENAS, étudiante à l'ISEG Bordeaux.



Toute l'équipe des Studyvores vous souhaite une très belle et heureuse année !!

Vous le savez désormais, le bonheur passe aussi par la nourriture... les Studyvores en sont persuadés depuis longtemps et apparemment la tendance se confirme en 2010.

Friandes de nouveautés nous avons passé les bonnes résolutions 2010 au banc d'essai, et pas de doute "bien se nourrir et se nourrir durable" est plus que jamais d'actualité.

ecolo.rigolo.jpgLes bonnes résolutions au féminin
Le magazine Marie Claire nous propose de nombreuses bonnes résolutions dont deux qui retiennent notre attention :
"Nous voulons des écolos rigolos" ... terminé l'écologie barbante et intégriste au profit d'une écologie plus "ludique" et plus facilement appliquable au quotidien et le come back de la pâtisserie : on veut croquer notre enfance.

Les bonnes résolutions "d'organisator"
Pas moins de 22 bonnes résolutions vous sont suggérées sur ce site spécialisé dans les conseils marketing. Notons que bien manger n'arrive qu'en 13e position et qu'à ce rythme il est indispensable de prendre une année sabbatique afin d'arriver à bien gérer ce programme que l'on peut qualifier d'ambitieux !

Les bonnes résolutions "culcul la praline"
Si vous voulez lire des résolutions dignes d'une série américaine avec happy end larmoyant garanti, rendez vous sur le site Psycho suite 101 car on vous y incitera entre autres : à prendre un peu plus de temps pour ceux que vous aimez,  à adopter un animal, à vous habiller plus sexy pour vous sentir plus "feeeemmme", à laisser de côté vos conflits familiaux ... et à manger des compléments alimentaires...Sooo politiquement correct ! 

Les bonnes résolutions du "geek"
Pas question de prendre de bonnes résolutions et de ne pas s'y tenir...or, semble-t-il, 88% d'entre nous perdent leurs bonnes résolutions en cours de route... Désormais, chers utilisateurs d'iphone ou d'ipod votre bonne conscience vous suivra partout grâce à une application "My good résolutions" ! "Eat right" arrive en bonne position ! Pour ceux qui n'ont toujours pas d'iphone, allez sur Facebook qui vous propose la même application.

Mag.elle.resolutions.jpgLes bonnes résolutions de celui qui s'est pris des claques en 2009 et qu'on n'y reprendra pas
Mais oui les années se suivent et se ressemblent... bon on aimerait autant qu'elles ne se ressemblent pas trop... alors pour que l'on ne vous y reprenne pas, suivez les conseils du Dr Aga du Magazine Elle qui valent aussi pour les hommes.



En fin de compte, il n'y qu'une bonne résolution qui vaille : s'abonner au flux RSS des Studyvores !
 

Nos Partenaires

> Retrouvez tous nos partenaires

L'équipe

Maxime DUBOS
Maxime
DUBOS
Mathilde COULON
Mathilde
COULON
Dimitri MAZURIER
Dimitri
MAZURIER
Jérémie ROBERRINI
Jérémie
ROBERRINI
Luca ABADIE
Luca
ABADIE
Guénaëlle de BEAUREGARD
Guénaëlle
de BEAUREGARD
Ophélie Yvon
Ophélie
YVON
Victor VERRIERE
Victor
VERRIÈRE

Et pendant ce temps…

Studyvores sur Facebook
Rejoignez-nous !

Rejoignez-nous sur Facebook

Retrouvez l'actualité
Studyvores sur Twitter

Retrouvez-nous sur Twitter