Archives janvier 2011

co.lunching.JPGSi vous en avez marre de manger seul pendant la pause de midi (chose qui peut parfois arriver) mais surtout de manger mal, alors le co-lunching peut vous aider à rectifier le tir.

Sonia Zannad, qui travaille en free-lance a décidé, il y a peu, de créer sur Facebook (encore ce bon vieux site) un groupe permettant de rencontrer d’autres personnes dans la même situation que vous.

Ainsi, une fois adhérant du groupe "Colunching" vous pouvez proposer votre sympathique compagnie à d’autres coluncheurs pour un déjeuner dans un bon petit resto.

L’idée a déjà séduit beaucoup de personnes, car cela permet de faire de nouvelles connaissances autour d’une bonne assiette (pas une masse de gens non plus car les repas sont limitées en nombre d’invités).

co.lunching2.JPGCependant, vous l’aurez compris, le concept n’est pas totalement adapté aux vies étudiantes car le temps nous est compté pour déjeuner.

Mais, le colunching étudiant, voilà une idée à creuser !!

La bonne nouvelle cependant c’est que le colunching (à la base destiné aux Parisien) s’est désormais introduit à Bordeaux !

Voici tout les liens nécessaires pour organiser un bon colunching :

-    Colunching Bordeaux : rejoindre le groupe Facebook
-    Colunching Paris : rejoindre le groupe Facebook
-    Site officiel : http://colunching.com/

Remi-LE MASSON.jpgArticle rédigé par Rémi Le Masson - Etudiant en 2e année ISEG Marketing & Communication School

 

Zoom sur la grande tendance du moment : La box mania !

Ces trois dernières années, on a pu assister à l’explosion du phénomène BOX . On en trouve à toutes "les sauces" et son prix se situe en moyenne aux alentours de 6 euros. Elles permettent de pouvoir déjeuner rapidement et de profiter d’un repas chaud même lorsqu'on est pressé. On ne présente plus les pionniers dans ce domaine : Mezzo di Pasta qui proposent plusieurs formules et différentes recettes de pâtes à emporter ou à consommer sur place.

Beaucoup d’autres enseignes ont par la suite adopté le concept et aujourd’hui les "Pasta Box"sont incontournables et arrivent même dans les rayons des supermarchés. Si elles étaient au début une alternative sympa au traditionnel sandwich, la qualité du produit est devenue de plus en plus aléatoire. Victime de son succès, elle a perdu en goût et est devenue très industrielle. Ma dernière expérience chez Mezzo di Pasta s’est traduite par un état de tristesse devant la sécheresse des pâtes ! J’étais donc fâchée avec la BOX MANIA !

Box1.maroc.in.jpgEt puis voilà… bonne surprise ! Depuis trois semaines, une nouvelle enseigne a retenu mon attention sur le chemin du retour de l’école. Il est 19h30, je rentre des cours et je décide de tester ! La Maroc’in Box,  au 33, rue des Augustins, à deux pas de la rue Sainte Catherine à Bordeaux. 
Au menu : Couscous maison ! Et derrière le comptoir, vous êtes accueillis par Clément et Mohamed, les deux jeunes hommes à l’origine du projet.

Plusieurs formules sont proposées :
Végétarien
1 viande : boulettes, merguez ou poulet
Le traditionnel : couscous mouton
3 viandes : le couscous royal

Le tout accompagné d’une sauce traditionnelle ou sucrée/salée oignons et raisins parfumés à la cannelle.
Disponibles en trois tailles au choix : S à 3,10 euros M à 4,50 euros et  L à 7,90 euros selon la taille et la recette.

Je décide de me laisser tenter par le couscous royal. Après un sourire et un « au revoir et à bientôt Mademoiselle » plutôt chaleureux, je rentre chez moi et me mets à table !

Box2.mittel.jpgOu pour être honnête, dans mon canapé  ! Et là…bonne surprise ! La semoule est légère et les légumes fondants. C’est franchement bon et comme à la maison ! Un quart d’heure plus tard la dernière bouchée sonne la fin d’un moment de plaisir qui l’espace d’un instant m’a fait voyager au-delà de la Méditerranée…

Serais-je réconciliée avec la BOX attitude ? Possible… mais pas n’importe laquelle !

Toutes mes félicitations et tous mes encouragements à Mohamed et Clément qui ont su saisir l’opportunité de la tendance des Box tout en gardant les valeurs de la cuisine maison. Mohamed perpétue la recette familiale et c’est tant mieux ! Surtout quand on sait que le couscous est le plat préféré des français !
Incroyable ! Ils se lancent dans une jolie aventure sur fonds d’amitié. A mon avis, ce joyeux duo n’a pas fini de me voir pointer le bout de mon nez aux alentours de 19h30 le mercredi soir !!!

Et le petit plus pour ceux qui viendront de la part de l’équipe des Studyvoresun thé à la menthe vous sera gentiment offert !!!


Aurelie-BLOUDEAU.JPG
News rédigée par Aurélie Bloudeau, étudiante de l'ISEG Group Campus de Bordeaux


Afin de bien commencer cette année 2011, Anouk Colomes vous donne quelques astuces pour bien faire ses courses et penser "économies" en 10 leçons. Vous serez surpris par l'expertise de cette étudiante en marketing et communication qui en profite pour décrypter pour vous les ficelles du merchandising !

Bien acheter d’accord, mais je préfère vous prévenir qu’il va peut être falloir changer un peu vos habitudes et y passer un peu plus de temps. J’ai testé ces méthodes sur mes camarades de classe adeptes des pâtes au fromage et malgré des ronchonnements, le résultat est plutôt réussi puisque notre porte-monnaie y gagne.

Caddie.eco.jpg1.    Toujours repérer le prix au kilo et prendre le temps de comparer les produits : d’un conditionnement à l’autre, on a souvent des surprises.
Prenons exemple sur un paquet de sucre qui affiche quelques centimes de moins que son concurrent. Oui, mais à y regarder de plus près, il pèse 750 g alors que son voisin fait 1kg.
Au kilo, son prix est donc plus élevé. L’exercice veut aussi que l’on compare ce qui est comparable bien entendu !

2.    On fait ses courses de base en hard discount c'est-à-dire pour tout ce qui est farine, riz, sucre, lait… En effet, d’un type d’enseigne à l’autre, les basiques se valent en qualité, mais leur prix n’est pas le même.

3.    Dans le même principe, il ne faut pas hésiter à changer d’enseigne. D’une part, pour ne pas ronronner dans ses habitudes et d’autre part, pour faire des découvertes ! Et oui, chaque magasin a ses spécialités et ses prix d’appel, en particulier via les produits de marque de distributeur. 

gondole.jpg4.    Attention, ne vous fiez pas aux  « têtes de gondoles ». Elles attirent souvent les regards et poussent régulièrement à l’achat impulsif et bien entendu inutile ! Et si cet achat deviendrait essentiel, vérifier toujours le prix car ils sont rarement intéressants. Il arrive que des paquets "promo" soient plus chers que le produit à l’unité dans le rayon.

5.    On réfléchit avant de craquer pour la promo « family » ou les packs trop importants. Sinon on risque de devoir manger des yaourts toute la semaine. C’est moins cher en pack de 24, mais quel est l’intérêt si on jette la moitié ? Pas de gaspillage pour faire des économies !

6.    Profitez des surgelés mais seulement hors saison sinon dirigez vous vers les légumes frais. Vous serais très heureux de ressortir vos aubergines en plein hiver.

cuisine.maison.jpg7.    On achète ses laitages natures. Quoi de plus simple que d’ajouter de la bonne confiture maison dans son yaourt pour en faire un yaourt aux fruits ?

8.    On remarque les magasins spécialisés dans le déstockage : les espaces réservés à cet effet  sont souvent appelés « self discount » comme à Auchan Bordeaux Lac par exemple. Ils proposent des prix allant jusqu’à 50% moins chers.

9.    On donne sa préférence aux produits bruts pour redécouvrir la simplicité du "fait maison" qui nous offre un plus large choix de produits et nous fait faire des économies assez vite, finalement. Les riz précuits et autres plats tout prêts sont bien sûr à exclure des courses.

10.    On achète local et surtout de saison !

Anouk.klein.jpgArticle réalisé par Anouk Colomes - Etudiante en ISEG Marketing & Communication School - Campus de Bordeaux

pain.perdu.jpgVous avez du pain rassi dont vous ne savez que faire ? Vous avez besoin de vous réchauffer le cœur dans la froideur de ces jours d'hiver ?
Cette recette est pour vous !
Petit retour nostalgique vers notre enfance...

Simple, rapide et économique: le pain perdu a toutes les qualités.

Pour le réaliser il vous suffit de vous procurer des œufs, du lait, du sucre et bien sûr du pain (du pain de mie peut être utilisé).

Coupez des tranches de pain assez épaisses.
Versez les œufs et le lait dans une assiette à soupe. Prenez un œuf pour 3 tranches de pain environ.
Vous pouvez également y ajouter du sucre vanillé, de la cassonade, du sucre roux ou de la cannelle.

Laissez parler vos sens !

Battez le tout et trempez-y vos tranches de pain, une à une. Les tranches doivent être généreusement imbibées de cette préparation.
Puis, faites-les cuire à la poêle, dans du beurre bien chaud (beurre salé pour les adeptes du sucré-salé).

Audrey-BELLIER.jpgLorsqu'elles sont bien dorées, retirez-les et Anna-CHEYRON.jpg
saupoudrez-les de sucre.

Audrey Bellier et Anna Cheyron - Etudiantes à l'ENSCBP.

Nos Partenaires

> Retrouvez tous nos partenaires

L'équipe

Maxime DUBOS
Maxime
DUBOS
Mathilde COULON
Mathilde
COULON
Dimitri MAZURIER
Dimitri
MAZURIER
Jérémie ROBERRINI
Jérémie
ROBERRINI
Luca ABADIE
Luca
ABADIE
Guénaëlle de BEAUREGARD
Guénaëlle
de BEAUREGARD
Ophélie Yvon
Ophélie
YVON
Victor VERRIERE
Victor
VERRIÈRE

Et pendant ce temps…

Studyvores sur Facebook
Rejoignez-nous !

Rejoignez-nous sur Facebook

Retrouvez l'actualité
Studyvores sur Twitter

Retrouvez-nous sur Twitter